Votre enfant grandit et gagne en autonomie. Il sait désormais marcher seul, et sa motricité fine se développe peu à peu. C'est en général à ce moment qu'intervient un des grands moments de la vie de parents : faire en sorte que son enfant soit propre. Angoissante, mais aussi source de culpabilité, la propreté n'est pas simple à obtenir. Et si nous laissions bébé aller à son rythme ?

Quand est-ce que bébé va être propre ?shutterstock_234525376

Tous les parents, voyant leur enfant grandir, se posent la question. Quand mettre le bébé sur le pot ?

Il n'y a pas vraiment d'âge, même s'il est préconisé d'attendre ses deux ans. Dans le temps, on mettait les enfants très jeunes sur le pot, parfois même avant qu'ils ne sachent marcher, mais savaient se tenir assis. Le fait de les « forcer » a y aller à heures fixes, donner souvent l'illusion qu'ils étaient  propres, et surtout propres très jeunes.

Il n'en est rien. Évidemment, quand on met un enfant régulièrement sur le pot, et qu'on attend qu'il y fasse quelque chose, fatalement, ça se produira. À t-il pour autant compris ce qui se passait ? Non. La propreté est une affaire bien plus complexe. On apprend pas à devenir propre. C'est une étape, pendant laquelle l'enfant prend conscience de son corps. Bébé va comprendre que les selles et urines viennent de lui, va apprendre à contrôler consciemment ses sphincters et à faire l'association pot = pipi.

L'apprentissage n'a que peu de place dans tout ce processus.

Quand proposer le pot ?

Il n'y a pas vraiment d'âge idéal pour cette étape. Bien entendu il y a toujours trop tôt.  Un enfant qui marche à peine ne sera pas en mesure de devenir propre.  Plusieurs signes peuvent vous mettre la puce à l'oreille :

  • Il a pris de l'assurance et marche correctement.
  • Il sait monter les escaliers.
  • Il vous demande de changer sa couche, l’enlève, vous prévient s'il va faire ses besoins.
  • Sa couche est sèche pendant plusieurs heures.
  • Il a intégré ce qu'étaient le pipi et le caca.

À ce moment-là, et seulement à ce moment-là, on peut considérer que l'enfant peut être prêt à utiliser le pot. Et surtout, n'écoutez pas les mauvaises langues vous dire quand le faire, qui comparent leur méthode... Soyez sourds à leurs paroles.

shutterstock_227735260Comment lui proposer le pot ?

Commencez par vous équiper. Un pot simple, sans gadgets inutiles (certains font de la musique....), avec un dossier, c'est tout de même plus confortable, éventuellement décoré.  Installez-le dans les toilettes. Pas ailleurs. Certains le mettent dans la chambre, voir dans le salon... C'est une très mauvaise idée. Faire ses besoins est intime, et il y a des endroits pour ça. Et si vous sentez que c'est le bon moment, mettez-le dessus, en prenant soin de lui expliquer ce que c'est, à quoi ça sert, et pourquoi nous produisons des déchets. Dîtes-lui également ce qu'il va y gagner.

C'est important dans la mesure ou certains enfants sont effrayés de laisser ce qu'il considère comme une partie d'eux s'en aller dans les toilettes. Leur faire comprendre, avec des mots simples, pourra minimiser ce phénomène.

Ne le laisser pas trop longtemps dessus. Un bébé a bien mieux à faire que de rester assis pour un hypothétique pipi. Sil ne fait rien, tant pis. Sinon, tant mieux.

Si votre enfant rechigne à aller sur le pot, pleure, se lève constamment... N’insistez pas. Il ne doit pas être tout à fait prêt. Vous recommencerez quelque temps plus tard.

Reste les questions pratiques. Pour cause d'accidents (et il y en aura), il est souvent préconisé de commencer l'été. Ce n'est pas toujours aussi simple. L'enfant peut être capable en hiver d'aller aux toilettes. De plus, l'âge moyen pour être propre étant de deux ans, cela risque de vous stresser si votre enfant a du mal à aller sur le pot, rentrée oblige. Reste la solution des couches qui s'enfilent. Non seulement, bébé gagne encore en autonomie, mais la plupart des accidents sont maîtrisés. C'est une solution pratique et intermédiaire avant la culotte, ce qui minimisera les accidents avec elle. Pensez aussi à lui mettre des vêtements faciles à enlever et remettre. Et soyez patient, et surtout, pas de punition s'il ne fait rien sur le pot ou s'il a un accident.

Enfin, n'oubliez pas que la propreté de nuit vient souvent plus tard que de jour. Idem pour les urines et les selles. Mais ça vient. Or problèmes spécifiques, on a encore jamais vu un ado avec des couches.

shutterstock_227037205Il n'est pas propre pour l'école.

La rentrée approche à grand pas, et c'est la panique. Votre enfant n'est pas propre, ou a encore des accidents trop fréquents. Vous avez peur qu'il ne soit pas accepter à l'école malgré son inscription.

Premier conseil, ne stressez pas l'enfant pour aller plus vite. Vous risquez juste de le faire régresser.

Ensuite, sachez que bien souvent, les enfants, voyant les autres aller aux toilettes, veulent faire pareil. Il y a de grandes chances pour que ce soit le cas pour le votre. Pensez tout de même à prévenir les maîtresses.

Enfin, sachez qu'aucune loi n'oblige un enfant à être tout à fait propre pour aller à l'école. Si l'école ne veut pas le prendre, c'est de la discrimination et ils n'ont aucun droit de refuser. L'exclusion orale ne tient pas. Si vous rencontrez des problèmes avec la direction, qu'elle vous a fait part de son refus par écrit, vous pouvez vous adressez directement à l'inspecteur d'académie ou l'inspecteur de l'éducation nationale.

Et chez vous, comment s'est passé ce moment ?

www.couchespourtous.com