Bébé est enfin là, et vous n'aspirez plus qu'à une chose : reprendre le cours de votre vie avec lui.

Et pour cela, rien de mieux que d'avoir l'esprit serein. Pas facile, avec un nouveau-né

Mais ce qui peut aussi vous ennuyer, c'est de retomber enceinte trop vite.

Il est donc primordial de choisir rapidement un mode de contraception.

Souvent, on change de contraceptif après la grossesse.

Faisons le point sur les différents choix existants.

Une contraception différente

Bien souvent, les femmes, après une grossesse, veulent prendre une autre contraception que celle d'avant. En effet, notre style de vie change, ou alors, celle d'avant n'était pas assez efficace, ou trop contraignante.

Voici les contraceptifs les plus répandus :

  • Le préservatif. Il fait souvent office de contraception temporaire, entre l'accouchement et le retour de couche, et la méthode définitive choisie. En couple, il est normalement décidé de le remplacer par quelque chose de moins contraignant après le retour des règles.

  • La pilule. C'est souvent le contraceptif le plus utilisé, parfois avec le préservatif, avant une première grossesse. Comme le préservatif, elle est vite remplacée après l'arrivée de bébé. En effet, il faut être sûr de ne pas l'oublier.

  • L'implant. L'implant libère une hormone, la progestérone. Cette méthode présente de nombreux avantages. On ne peut pas l'oublier, fini le stress. Il est discret, on ne le sent ni ne le voit.

  • Le stérilet. Tout comme l'implant, le stérilet est l'une des formes contraceptives les plus choisies après une grossesse. On le pose une fois, et on fait des contrôles et le reste du temps, on l'oublie. Le stérilet peut prendre deux formes. Soit en cuivre, soir hormonal.

  • Le patch. Un mix entre implant et pilule. Moins contraignant que cette dernière, mais il faut penser à le changer.

L’allaitement est-il un contraceptif ?

Logiquement, lorsqu’on allaite, la prolactine, une hormone stimulant la lactation, bloque l'ovulation. Mais pour que ce soit vraiment efficace, il faut allaiter l'enfant jour et nuit, à la demande, ne pas avoir eu de retour de couche, et que bébé ait moins de six mois. Quoi qu'il en soit, pour être plus sereine, mieux vaut utiliser un préservatif en complément.

La contraception « naturelle »

Avec les effets secondaires de certains contraceptifs, et, au vu des scandales sur les médicaments en général, de plus en plus de personnes sont inquiètes de prendre des contraceptifs hormonaux.

Certains se penchent même sur les méthodes dites « naturelles » celles qu'on utilisait avant l'arrivée de la contraception actuelle (pilule).

Parmi toutes les méthodes existantes, il y a l'observation de la glaire, la courbe de température, le retrait...

Autant de méthodes qui n'ont pas fait leur preuve. En effet, si elles peuvent être efficaces c'est souvent dû à la chance...

Mieux vaut aller voir son médecin, lui parler de ses doutes, et trouver ce qui vous ira le mieux.

Les méthodes naturelles ne sont pas assez fiables et vous risquez de vous retrouver enceinte plus vite que ce que vous auriez voulu.

Vous avez la parole : Quelle méthode de contraception avez-vous choisie ? Quels sont les avantages et inconvénients ?