Punir les enfants, quoiqu'on puisse en penser, fait partie de l'éducation. Il est presque impossible d'y échapper, sous peine de se retrouver avec un enfant ingérable, qui ne connaîtra pas de limites mais sera constamment en train de les chercher.

Mais c'est plus simple à dire qu'à mettre en place. Quand, comment, et, surtout à partir de quel âge ? Nous allons essayer de vous donner des éléments de réponse.

Peut-on punir un bébé ?

Un bébé n'est pas assez développé pour savoir s'il fait des bêtises ou non. Ses gestes sont maladroits, il ne sait pas différencier ce qui est bien de ce qui n'est pas bien.. En somme, difficile de punir quelqu'un quand celui-ci n'est pas responsable de ses actes.

Mais, à partir de la fameuse période du non, aux alentours de 18 mois, c'est différent. Bébé commence à avoir conscience de son être et se rend compte qu'il ne fait pas qu'une seule et même personne avec ses parents.

Il veut affirmer sa personnalité, et comprends parfaitement le mot non et les interdits, puisqu'il va passer son temps à essayer de les braver. Si vous ne voulez pas qu'il touche à quelque chose (car c'est dangereux, fragile...), vous pouvez être sûr qu'il va tenter de l'attraper.

À partir de ce moment, vous pouvez commencer à donner des punitions quand il enfreint les règles. Il est plus apte à comprendre que ses actions ont des conséquences. De plus, ça lui permet de voir les limites, ce qui rassure l'enfant et lui permet de se sentir en sécurité.

Quelles punitions donner ?

On ne peut pas mettre n'importe quelle punition en place. Il faut prendre en considération plusieurs facteurs : l'âge de l'enfant, et la bêtise en elle-même (pour que la sanction ne soit pas disproportionnée par rapport à la bêtise).

On ne punit pas de la même façon un verre renversé qu'un autre enfant tapé par le vôtre.

Pour ce qui est de la sanction en elle-même, elle doit être juste, mais suffisamment marquante. Bien entendu, pas de châtiment corporel.

Si le mettre au lit, ou dans sa chambre, peuvent paraître de bonnes idées, il y a des risques pour que l'enfant les associent à quelque chose de désagréable. Alors, si on a le choix (certains logement offrent peu de possibilités), mieux vaut s'en tenir au célèbre coin, ou à un endroit où il sera isolé quelques minutes, comme un couloir. Tout est bon à partir du moment que l'endroit est sans danger et pas très loin de vous.

L'isolement permet à l'enfant de comprendre qu'il a fait une bêtise, et que, donc, il est sanctionné. Ça lui permet de réfléchir également à ce qu'il a fait.

Attention aux larmes. Ne cédez pas. Votre enfant continuera de vous aimer, soyez-en sûr. Mais cédez revient à lui dire qu'il a le droit de faire ce qu'il veut.

Quant aux privations, elles doivent être de bon sens : pas de dessert ou bonbons, d'accord, mais pas question de le priver de repas ou de boire.

Et, bien entendu, parlez-lui et expliquez-lui pourquoi il est puni.

Vous avez la parole :

À partir de quel âge avez-vous commencé à punir ? Et quelles punitions donniez-vous ? On attend vos commentaires.

www.couchespourtous.com